Affection oculaires et leur traitaments

Maladies rétiniennes

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est l’une des causes les plus répandues de déficience visuelle après l’âge de 60 ans. La DMLA est une détérioration ou un affaiblissement de la macula. La macula est une petite zone au centre de la rétine située à l’arrière de l’œil qui nous permet de distinguer nettement les menus détails et d’effectuer des activités comme la lecture et la conduite. Les symptômes visuels de la DMLA englobent la perte de la vision centrale. Tandis que la vision périphérique (latérale) reste inchangée, avec la DMLA, on perd l’acuité de la vision en ligne droite nécessaire pour conduire, lire, reconnaître les visages et percevoir les détails.

On peut détecter les changements précoces dus à la DMLA à la maison, à l’aide d’une grille d’Amsler. Les patients devraient essayer un œil à la fois, en couvrant l’autre œil et en regardant la grille. Si les lignes de la grille semblent floues, déformées ou manquantes, l’examen est anormal et les résultats devraient faire l’objet d’un examen par un ophtalmologiste. Bien que la cause particulière nous demeure inconnue, la DMLA semble faire partie du vieillissement. Si l’âge représente le facteur de risque le plus important dans l’évolution de la DMLA, l’hérédité, les yeux bleus, la pression artérielle élevée, les maladies cardiovasculaires et le tabagisme sont aussi reconnus comme des facteurs de risque.

DMLA « sèche »

Neuf personnes sur dix ayant une DMLA ont une DMLA atrophique ou « sèche », ce qui cause l’amincissement de la macula. La DMLA sèche met des années à se développer. On a mis au point un régime vitaminique particulier basé sur une étude sur les maladies oculaires liées à l’âge (AREDS) qui peut ralentir la progression de la DMLA sèche.

DMLA « humide »

La DMLA exsudative ou « humide » est moins fréquente (elle survient chez une personne sur dix avec DMLA), mais elle est plus grave. Dans la forme humide de la DMLA, des vaisseaux sanguins anormaux peuvent croître dans une couche sous la rétine, laissant fuir des fluides et du sang et créant une déformation ou une large tache aveugle au centre de votre vision. Si les vaisseaux sanguins ne croissent pas directement sous la macula, la chirurgie au laser est généralement le traitement de choix. L’opération n’améliore généralement pas la vision, mais tente d’éviter les pertes de vision ultérieures. Quant aux patients avec DMLA humide dont les vaisseaux sanguins croissent directement sous le centre de la macula, des injections intravitréennes avec un antifacteur de croissance de l’endothélium antivasculaire appelé Lucentis (ranibizumab) ont été éprouvées pour préserver la vision chez 95 % des patients et la rétablir ou rétablir partiellement chez 40 % des patients. Une opération appelée thérapie photodynamique (TPD) est parfois utilisée également. Des injections intravitréennes d’autres médicaments peuvent aussi être faites dans certains cas.

Retinopathie diabetique

Si vous souffrez de diabète sucré, votre corps n’utilise et n’entrepose pas le glucose de façon appropriée. Au fil du temps, le diabète peut endommager les vaisseaux sanguins de la rétine, la couche nerveuse photosensible à l’arrière de l’œil qui contribue à envoyer les images au cerveau. Les dommages aux vaisseaux rétiniens sont appelés la rétinopathie diabétique.

Rétinopathie diabétique non proliférante

La rétinopathie diabétique non proliférante (RDNP), communément appelée ‘rétinopathie de fond’, est un stade précoce de la rétinopathie diabétique. À ce stade, les vaisseaux sanguins fins de la rétine laissent s’écouler du sang ou des fluides. Les fluides s’écoulant rendent la rétine trop molle ou forment des dépôts appelés exsudats. De nombreux diabétiques ont une RDNP moyenne, qui n’affecte pas généralement leur vision. Lorsque la vision est affectée, c’est le résultat d’un œdème maculaire ou d’une ischémie maculaire, ou des deux.

Œdème maculaire et l’ischémie

L’œdème maculaire gonfle ou épaissit la macula, une petite zone au centre de la rétine qui nous permet de voir nettement les menus détails.

Le gonflement est causé par des fluides s’écoulant des vaisseaux sanguins rétiniens. C’est la cause la plus commune de déficience visuelle chez les personnes diabétiques.

La déficience visuelle peut aller de moyenne à grave, mais même dans les cas les plus graves, la vision périphérique (latérale) continue à fonctionner. Le traitement au laser peut contribuer à contrôler la déficience visuelle due à un œdème maculaire. De nouveaux traitements sont à l’étude.

Rétinopathie diabétique proliférante

La rétinopathie diabétique proliférante (RDP) est une complication du diabète causée par des modifications des vaisseaux sanguins de l’œil. Dans une RDP, les vaisseaux sanguins rétiniens sont tellement endommagés qu’ils se bloquent. En réaction, la rétine crée des vaisseaux sanguins neufs et fragiles.
Malheureusement, ces nouveaux vaisseaux sanguins sont anormaux et croissent à la surface de la rétine. Donc ils ne peuvent pas irriguer à nouveau la rétine avec du sang.
À l’occasion, ces nouveaux vaisseaux sanguins saignent et causent une hémorragie vitréenne. Le sang du vitré, la substance claire comme un gel qui remplit l’intérieur de l’œil, bloque les rayons lumineux qui atteignent la rétine.
Une petite quantité de sang va causer des corps flottants sombres, tandis qu’une hémorragie vaste pourrait bloquer toute la vision, ne laissant qu’une perception de la lumière et de la noirceur.

Les nouveaux vaisseaux sanguins peuvent aussi créer un tissu cicatriciel croissant. Le tissu cicatriciel rétrécit, ride et contracte la rétine et déforme la vision. Si la rétraction est grave, la macula peut se détacher de sa position normale et entraîner une déficience visuelle.
La chirurgie au laser peut servir à cicatriser les vaisseaux sanguins anormaux et réduire le risque de saignement. Le corps absorbe généralement le sang d’une hémorragie vitréenne, mais cela peut prendre des jours, des mois, voire des années. Si l’hémorragie vitréenne n’est pas nettoyée en un temps raisonnable, ou si le décollement de la rétine est détecté, on peut effectuer une opération appelée vitrectomie. Durant une vitrectomie, le chirurgien ophtalmologiste aspire l’hémorragie et tout tissu cicatriciel apparu, et effectue un traitement au laser afin d’éviter la croissance de nouveaux vaisseaux anormaux.

Dépistage et prevention

Les personnes avec rétinopathie diabetique n’ont parfois aucun symptôme jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour les traiter. La rétine peut être gravement endommagée avant que se produise tout changement de la vision.
Un contrôle rigoureux du sucre sanguin atténue les risques de développer une rétinopathie diabétique proliférante grave.
Un examen médical de la vue est le seul moyen de découvrir tout changement à l’intérieur de l’œil.
Si votre ophtalmologiste découvre une rétinopathie diabétique, vous aurez a passer un examen appelé angiofluorographie ou une tomographie par cohérence optique ( de facut un link catre examenul OCT de la capitolul Glaucom ) pour savoir si vous avez besoin d’un traitement. Si vous avez le diabète, une détection précoce de la rétinopathie diabétique demeure la meilleure protection contre la déficience visuelle. Vous pouvez diminuer de façon importante les risques de déficience visuelle avec un contrôle rigoureux de votre glucose sanguin et en visitant régulièrement votre ophtalmologiste.
Les personnes souffrant de diabète devraient prévoir un examen au moins une fois par année.
Les femmes enceintes souffrant de diabète devraient prévoir un rendez-vous dans leur premier trimestre, parce que la rétinopathie peut évoluer rapidement durant la grossesse.

Traitement

Le laser focal

L’œdème maculaire est traité par chirurgie au laser. Cette opération est appelée traitement au laser focal. Votre ophtalmologiste place jusqu’à plusieurs centaines de petits brûleurs laser qui cautérisent les zones d’écoulement rétiniennes autour de la macula. Ces cautérisations ralentissent l’écoulement des fluides et réduisent la quantité de liquide dans la rétine. La chirurgie se termine généralement en une seule séance, mais d’autres traitements peuvent s’avérer nécessaires. Un patient peut requérir une chirurgie au laser focale plus d’une fois, afin de contrer l’écoulement des fluides. Le traitement au laser focal stabilise la vision. En réalité, le traitement au laser focal réduit le risque de déficience visuelle de 50 %.

Photocoagulation pan rétinienne

Durant les trois premières phases de la rétinopathie diabétique, aucun traitement n’est nécessaire, à moins que vous n’ayez un œdème maculaire. Afin d’empêcher la progression de la rétinopathie diabétique, les personnes souffrant de diabète devraient vérifier leur taux de sucre sanguin, leur tension artérielle et leur taux de cholestérol dans le sang. La rétinopathie proliférante se traite par chirurgie au laser. Cette opération est appelée photocoagulation panrétinienne ou PPR. La PPR contribue à rétrécir les vaisseaux sanguins anormaux. Votre médecin place de 1 000 à 2 000 brûleurs laser qui cicatrisent les zones de la rétine loin de la macula, permettant aux vaisseaux sanguins anormaux de se cicatriser. En raison du nombre élevé de brûleurs laser nécessaires, il faut compter une séance ou plus en règle générale pour achever le traitement.

Membrane épirétinienne

La macula est une petite zone au centre de la rétine qui permet de voir bien plus de détails. La macula se trouve normalement à plat contre le fond de l’œil, comme le film qui tapisse le fond d’un appareil-photo.
À mesure que vous vieillissez, la substance semblable au gel qui occupe le centre de l’œil commence à se rétrécir et se détache de la rétine.
Dans certains cas, un « tissu cicatriciel » mince ou membrane peut se développer sur la surface de la macula. Lorsque les rides, plis, ou renflements se forment sur la macula à cause de ce tissu cicatriciel, c’est ce qu’on appelle une membrane épirétinienne ou un pli maculaire.
Les dommages à la macula entraînent une vision centrale floue, ce qui rend difficile d’effectuer des tâches telles que la lecture de petits caractères ou enfiler une aiguille. La vision périphérique (latérale) n’est pas affectée.
Les symptômes, qui peuvent être bénins ou graves et affecter un œil ou les deux, peuvent inclure :

- une vision des détails floue;
- une vision déformée ou ondulée;
- une zone grise ou trouble de la vision centrale; et une tache aveugle dans la vision centrale.

Votre ophtalmologiste détectera une membrane épirétinienne par contrôle et examen OCT. Si vos symptômes sont bénins, aucun traitement ne s’impose. Mettre à jour votre prescription de lunettes ou porter des lunettes à double foyer peut améliorer suffisamment votre vision.
Si vous avez des symptômes plus graves qui interfèrent avec votre routine quotidienne, votre ophtalmologiste peut recommander une vitrectomie, afin de peler et d’enlever le tissu cicatriciel anormal.
Au cours de cette opération de consultation externe, un spécialiste de la rétine utilise des instruments minuscules pour enlever le tissu froissé. La vision s’améliore souvent.

Decollement de retine

Un décollement de la rétine est un problème très grave qui provoque généralement la cécité s’il n’est pas traité.
Des flashes, des objets flottants ou un rideau gris se déplaçant à travers le champ de vision sont autant d’indications d’un décollement de la rétine.
Si l’un de ces symptômes survient, consultez un ophtalmologiste tout de suite. À mesure qu’on vieillit, le corps vitré (la substance semblable à un gel qui remplit l’intérieur de l’œil) tend à se réduire légèrement et à prendre une consistance plus liquide. Parfois, lorsque le vitré plie, il exerce une force suffisante sur la rétine pour la déchirer.

Les déchirures rétiniennes peuvent conduire à un décollement de la rétine. Le fluide du vitré, en passant par la déchirure, soulève la rétine à l’arrière de l’œil comme un papier peint se décollant d’un mur. La chirurgie au laser ou la cryothérapie (congélation) sont souvent utilisées pour sceller les déchirures rétiniennes et prévenir le décollement. La plupart des déchirures rétiniennes peuvent être réparées par des ophtalmologistes généraux, mais pour les réparations les plus difficiles, il faudra les compétences d’un spécialiste de la rétine.
Si la rétine est détachée, elle doit être remise en place par un spécialiste de la rétine avant de sceller la déchirure de la rétine a l’aide d’une intervention appelé « vitrectomie ».